Le roman

Novembre 2019, L’auteur Tony Wurtz m’écrit sur Twitter. Il veut m’envoyer un exemplaire de son roman dédicacé. Pourquoi à moi ? Il me répond « parce que tes vidéos m’ont beaucoup inspirées ». Et en effet, c’est plus qu’une inspiration ! Tout y est. A croire qu’il a écrit en matant mes vidéos sur l’écran à coté. Ce personnage qui sirote ses bières entre son canapé et son frigo. Les cagoules, la cage où il enferme ses victimes, les séances de fessées, la cire, le rasage, le crochet dans le cul, la pisse, le dogtraining, l’arrosage au champagne, la cage de chasteté en métal, la fucking-machine, la bougie…la liste est longue. Même mes expressions sont là. 

“Captif”, le premier roman de Tony Wurtz. 

“Captif pendant des mois d’un homme mystérieux qui lui fait subir toutes sortes de violences sexuelles, Pierre ne comprend pas ce qui pousse celui-ci à tant de perversité. Semaine après semaine, il passe par toute une palette de sentiments et d’émotions, depuis la peur jusqu’à l’acceptation de son sort. L’arrivée de Romain, une autre victime de l’homme, va perturber le fragile équilibre. Pierre échappera-t-il à l’emprise de son bourreau ?”

Un roman noir aux antipodes de ce qu’est et doit rester le BDSM.

« Captif » est un roman. Donc heureusement une fiction. Le scénario m’a glacé. Aucun respect, un sadisme malsain, un cauchemar qui m’a mis mal à l’aise. Le BDSM, c’est tout le contraire. C’est du respect et du partage et du plaisir. Une fois que vous avez compris ça, oui, allez-y, prenez du plaisir à lire “Captif”.

Disponible à la librairie “Les Mots à la Bouche” ou en téléchargement sur Amazon ou la FNAC.

 

Tony Wurtz n’est pas le premier artiste à s’emparer de ce que je fais. En 2012, Enna Chaton et Stéphane Despax réalisaient le film « A l’intérieur », projeté dans le cadre du festival Bandit-Mages à Bourges. En 2018, Kevin Blinderman utilisait six photos lors de l’exposition “A Study in Scarlet” au Fonds régional d’art contemporain d’Ile-de-France.