“De puta de madre” (3/3)

Avec lui, tout est possible. C’est pour ça qu’il est mon esclave. Je ne lui dit rien. Je lui bande les yeux. Je le sors. L’idée qu’on peut l’apercevoir nu, enchaîné dans ma voiture, m’excite. Je l’emmène sous un pont d’autoroute pour une séance de bondage.