Au delà du coude…

Une putain d’envie de pisser. Il nous reste 8 kms à faire jusqu’à ce bois. Pas la peine de m’arrêter. Mon bâtard a l’option “buveur”. Je lui colle la gueule sur ma queue. Je roule. Il tète ma pisse. Je roule. Premier arrêt. Je le fous à poil dans la malle. Je reprends la route. Lui à l’arrière, enfermé, recroquevillé, silencieux. Juste le bruit du moteur et les soubresauts de cette route de campagne. Je veux ce cul de bâtard qui attend. Deuxième arrêt. Une putain d’envie de commencer à l’ouvrir. Juste comme ça, dans la malle de la voiture. Un chemin à gauche. Je m’arrête. Je veux son trou …et sa gueule pour continuer de me vider. Quelques kilomètres encore et on y est. L’endroit est fréquenté par les gays. J’avais repéré ce sous-bois avec ses grands chênes et sa dalle en béton. Parfait pour lui décalquer son trou de bâtard.