Je suis en colère

Il avait seulement 21 ans et il est mort, fin septembre. Game over. Un gachis total. Il n’a pas survécu à une séance de breath control (contrôle de respiration) couplée à des produits. Jeu mortel. Il n’est hélas, pas le premier à en mourir mais lui , je le connaissais. Il était venu me voir en mars 2017. Je suis en colère contre ces connards de « domis » qui expliquent qu’il vont te faire découvrir ces produits de mer et qu’il n’y a « pas de danger ». Ils « gèrent ». Ils ne gèrent rien. Il n’y a rien a gérer. Je suis en colère contre tous ces mecs qui prennent ces produits et qui assurent aussi qu’ils vont « gérer ». Achetez-vous un cerveau, les gars ! Il y a des jeux mortels. S’il vous faut une raison de plus pour jeter ces merdes, regardez-vous. Vous ne ressemblez plus à rien au bout de 5 minutes. Et franchement aussi, les domis qui ont besoin de faire prendre ce genre de merde, pour que des mecs se livrent à eux, me font pitié et accessoirement gerber. Excusez-moi mais ça sort comme ça. Je suis très en colère.

Le breath control… 

Le contrôle de la respiration, le rebreathing (recyclage du bol d’air expiré), la suffocation, peuvent entraîner des atteintes au système nerveux central, une paralysie faciale ou la paralysie d’un membre, des troubles durables de la vision, un acouphène… 

Les produits… 

Le N2O (ou protoxyde d’azote), souvent présenté en vulgaire version cartouches pour siphon alimentaire. Pour vous dire le danger, il est aussi utilisé dans l’univers médical comme gaz anesthésiant ou relaxant. Dans ces cas là, le patient est monitoré, sous assistance respiratoire constante, avec un personnel qualifié (anesthésiste-réanimateur) pour prévenir tout arrêt respiratoire ou/et cardio-respiratoire. La « zone rouge » serait autour de 12 grammes inhalés pour 70 kg chez un sujet en parfaite condition physique. Il arrive que certains mecs, en cours de plan, peuvent enfiler 6, 7, 8, 10 ou même 12 cartouches et cela en l’espace de seulement quelques minutes ! Conséquences: paralysie du diaphragme/pulmonaire, arrêt respiratoire, cessation durable du réflexe pulmonaire et arrêt cardio-respiratoire quasi-garanti !

Le chloraethyl (ou chloraéthylene ou éthyl chloride) est un dérivé chloré. Il génère un froid intense (environ -60°C), et n’est plus utilisé que comme anesthésique de surface (tatouage, piercings, micro-interventions dermatologiques) en raison de sa dangerosité extrême pour la santé. Quand il est inhalé, il peut entraîner une destruction du système hépatique (le foie) et causer des lésions irréversibles au système nerveux central. Il peut aussi déclencher une paralysie faciale, des complications œsophagienne et bronco-pulmonaires, un arrêt cardio-respiratoire et d’une manière systématique : une perte totale du tonus musculaire (plus de force musculaire, tes jambes ne te portent plus, etc…).

Après, il y a aussi des fous dangereux qui utilisent de l’éther, du trichloréthylène, du formaldéhyde ou d’autres solvants ménagers ou industriels…

 

Merci à Chapshard qui m’a fourni ces infos. Il a travaillé avec un pote urgentiste et un autre, toxicologue et pharmacocinéticien.  

Ce post est exceptionnellement sans commentaire. Si vous ressentez le besoin d’écrire, transmettez et partagez ces mises en garde sur les réseaux, les tchats, vos profils.