Beaucoup me demandent des conseils. Je réponds, en général, que c’est un truc qui ne s’apprend pas. Chacun doit faire son chemin selon ses envies et à son rythme. A défaut de conseils, voilà donc juste un point de vue très perso sur ce que je connais. Quelques précautions aussi au terme de « quelques » années d’expérience(s).

 

tn_1503056La différence entre SM, domination et hard

Totalement différents, mais les 3 peuvent se combiner. SM (Sado Masochisme) correspond à tout ce qui passe par la douleur. La domination est une relation mentale entre le domi et le soumis. Le sexe n’y est pas obligatoire. Le Hard englobe un peu tout. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, beaucoup de pratiques SM, Hard ou de domination nécessitent de la douceur.


tn_1501281La domination, la soumission

C est une relation essentiellement mentale mais qui n’exclue évidemment pas le sexe. C’est un état d’esprit, un comportement. L’attitude, le regard, la voix, l’écoute comptent pour beaucoup

[Le + santé] Ça doit rester un jeu. Quand la domination entre dans le domaine de la vie, ça devient glauque.

 

tn_1408021Qui domine qui ?

Bonne question. Ne le répétez pas mais finalement, dans cette relation, il est essentiel de comprendre que c’est le soumis qui décide de tout avec ses limites et ses trips. Le domi mène et gère ensuite le jeu et trouve son plaisir dans ce cadre là. De toute manière, un bon soumis donnera du plaisir au maître. Au domi, de lui rendre. On parle souvent de respect mutuel. Il est là.

 

tn_1412316Avec qui ?

Evidemment, il n’y a pas de profil-type. Gay, bi, trav, mec (trans ou pas), nana (trans ou pas), du moment que l’envie est réciproque.

[Le + santé] Eviter les tarés.

 

Image1Le respect, les limites, l’écoute

Essentielles. Un vrai plan SM ne se fait pas à l’arrache. Les règles et les limites doivent être discutées avant. Inutile d’en faire 3 tonnes mais ça nécessite au moins un échange pour être fixé. Moi, j’utilise en plus, un formulaire Google. Avec cet outil, j’ai créé un questionnaire finalement très pratique. Tu peux en créer un qui liste tous les trips et leur niveau. Tu peux alors l’envoyer à qui tu veux. Le soumis reçoit un tableau où il ne lui reste plus qu’à cocher les cases et à cliquer sur « envoyer ». Tu reçois un tableau récapitulatif. C’est sur cette base que je construis mes plans en fonction de mes trips et limites. L’avantage de ce système est qu’il crée une vraie confiance. Ça permet aussi de toujours viser juste dans le déroulement du plan. Aller par méconnaissance dans une direction qui n’est pas celle qui excite le soumis, ou qui dépasse ses limites, peut le faire redescendre très vite et cassera le plan. Cette méthode pourrait interdire toute découverte en direct. En fait, elle laisse un espace largement suffisant pour pouvoir déborder légèrement du cadre et explorer d’autres trips. Dans tous les cas, le soumis peut dire « stop ». Une fois le plan terminé, un café, une bière, une cigarette et on discute. On voit alors si on peut aller plus loin ou ailleurs, la fois suivante.

 

tn_1302231Quel matos ?

Totalement accessoire et pourtant souvent essentiel. Au tout début, j ai commencé par m’acheter un bracelet en cuir :) Ensuite un collier et une paire de menottes en cuir. Je les ai toujours. Depuis, mon sac se remplit régulièrement. Le matos ne fait pas tout. A part pour les petits accessoires, styles pinces à seins, évites les boutiques à 2 balles, style « sex-shop du quartier de la gare ». C’est souvent plus cher avec une qualité de merde. Rien de pire que du toc. Il y a, à Paris notamment, 3 ou 4 enseignes spécialisées qui ont aussi des sites internet. Le mieux est de se déplacer. Évites d’acheter sur internet sauf si tu sais exactement ce que tu cherches. Le gode trop gros qui finit dans un tiroir, le harnais avec un cuir de merde, j’ai souvent vu et vécu ça. Donc vas-y, déplaces toi, tates, soupèses, prends du lourd sans te faire arnaquer. Quelque soit ton équipement, on le nettoie et on le sort avant le plan. On sait exactement où il est positionné dans la pièce de manière à ne pas se retrouver, en plein milieu d’un plan, en train de chercher l’accessoire qui manque dans les tiroirs et placards. Donc on sort tout en fonction du trip du partenaire et même un peu plus.

 

tn_1501181Les fringues, les odeurs

On ne s’habille pas n’importe comment. Marque ou pas marque. Cho 7, baskets, pompes cuirs, débardeur, jock, tu fais comme tu veux mais l’esthétique est importante. Le latex, hyper fragile. Je n’en porte pas mais j ai vu et pratiqué de près ceux qui le portent. Les précautions, l entretien. Très contraignant. Il faut être fan. Le cuir, je porte. Je ne suis pas fétichiste. Je déteste les concours de « miss-leather ». Le cuir est là pour travailler et souffrir. Il se justifie par son endurance, ses points d’ancrage sur les bracelets ou sur le harnais. Les chaps, par exemple, se justifient car ils dégagent la queue et le cul. Les boots permettent de jouer avec la lourdeur de la semelle. Par expérience, choisis un cuir épais qui pourra être mis à rude épreuve. Les chaps et le reste ne s’achètent pas sur internet. Pour ne parler que des chaps ou des pantalons. choisis les hyper serrés au niveau des cuisses car ils ont tendances à s’élargir. En revanche il faut les choisir trop longs car il ont tendance a raccoutcir avec le temps. Un vendeur sérieux t’expliquera tout ça mieux que moi. Choisis une enseigne spécialisée dans les trips BDSM gays. Les odeurs. Celle du cuir évidemment. Les autres. Ça fait partie des trucs dont on discute avant. Une odeur peut booster ou casser un plan. Certains parlent des odeurs corporelles comme d’un véritable « poppers ». D’autres évidemment ne supportent pas. Ca se prépare. Ca se discute. Une douche ou pas. Nikel ou pas. Parfum, déo ou pas. Quelles odeurs ? Aisselles, pieds, cho7, skets, cul, couilles, queue. Quel niveau d’odeur ?

 

tn_1501082Par quoi commencer ?

Grande question qu’on me pose souvent. C’est simple. Commences par ce que tu kiffes le plus. Inutile de vouloir tout faire tout de suite. Ne grilles pas les étapes. Profites et évolues à ton rythme. Trop de mecs se crament alors même qu’ils débutent. S’en suit une escalade trop rapide, une recherche de trips ultimes qui poussent à des extrêmes parfois dangereux. En général, ces mecs ne se rendent même plus compte qu’a 30 ans, ils ne ressemblent plus a rien , physiquement et mentalement. Un vrai gâchis. On en a tous croisé.

 

tn_1501086La sodo

Rien à vous apprendre dans ce domaine :) Vous savez faire. Je jette souvent les mecs qui recherchent une bonne sodo et encore plus une tournante. On n’est pas là dans le domaine du hard ou du SM. Pour moi, la sodo est totalement accessoire dans ce genre de plan. En revanche, on est totalement dans le domaine de la domination quand ma queue devient un objet de vénération pour le mec qui est à mes pieds. Elle peut servir à une sodo.

[le + santé] Préservatif obligatoire.

 

tn_1501185Le godage

Rien à vous apprendre non plus. Le choix des armes est immense. Plug, crochet, godes, godes gonflables etc. On rentre dans le domaine du hard, SM ou domi, quand on les sort du classique travail du cul. Le caler dans un cul sous un pantalon. Asseoir dessus un mec totalement attaché. Obliger un mec à se travailler en exhibe juste pour le plaisir du maître, etc. Place à l’imagination. Un mec empalé sur un pieu-gode. Un  gode monté sur une perceuse. Un mec attaché qui se fait ramoner par une fucking-machine. Là, le godage prend tout sa place dans ce genre de trips domi, Hard ou BDSM.

[Le + santé] Toujours choisir un gode avec des couilles ! Il m’est arrivé, il y a longtemps, de perdre un gode dans le cul d’un mec et ça s’est fini aux urgences. Les couilles sur un gode servent du butée. On peut enfiler plein de trucs dans un cul, bougie, légume, bouteille, etc. mais fais très attention ! N’enfiles rien totalement. Tu dois toujours pouvoir le retirer ! Evites d’utiliser évidemment le même gode sur 2 partenaires à moins de l’avoir nettoyé. Perso, j’enfile des préservatifs sur les godes. Il suffit de les changer et ça règle le problème. Sur les plans à plusieurs, ça nécessite beaucoup d’attention. Ça permet aussi d’avoir un nettoyage plus rapide.

 

Image2Le fist

Pour être clair, personne n’arrivera à te fister si tu es serré. La dilatation prend du temps. Ca peut prendre des semaines, des mois, des années. La technique, c’est la pratique. Ça demande de la douceur et de la patience. Doigts , sodo, godes, plugs, il faut y aller progressivement avec des diamètres de plus en plus gros. Après, il y a l’envie ou plutôt l’excitation du moment. J’ai vu des culs dilatés certains jours et les mêmes serrés d’autres fois. C’est une évidence, les petites mains ont plus de chances de rentrer. Une fois que ça rentre, c’est une question d’écoute et de rythme. Certains sont larges mais peu profonds. D’autres sont profonds mais peu large. Donc, on y va mollo. Quant à trouver le chemin pour enfiler le bras, on ne force jamais. On a tous la même morphologie mais je peux vous dire que quand vous avez la main dedans, on voit la différence. Il faut trouver le passage et surtout toujours en douceur. Apres, tu joues comme tu veux, dans le rythme, en fonction du plaisir du fisté.

[Le + santé] Utilises des gants moulants en latex. Tu les achètes n’importe où, en grande surface ou en magasin spécialisé. Une plaie sur une main ou un saignement du cul sont des portes d’entrée pour le VIH. Niveau lubrifiant, moi j’utilise du J-LUBE, hyper glissant. Economique, il se vend en poudre. Tu le dilues dans de l’eau et tu en fais une bouteille qui se conserve. Avantage, le J-LUBE est compatible avec les préservatifs, C est indispensable si le fisté se fait enculer après. Inconvénient, il est très glissant et donc il est casse-gueule sur le sol ! Il existe aussi des lubrifiants gras, le problème est qu’ils rendent le préservatif totalement inefficace en cas de sodo. 2 questions basiques: Les fistés ressentent-ils encore une « simple » queue ? J’en ai discuté avec des mecs hyper larges et la réponse est oui. J’ai vérifié ;) Quant à ceux qui se demandent si à force de prendre une main ou un bras dans le cul, on arrive encore à se retenir de chier, la réponse est oui !

 

tn_DSC06505Le bondage

L’idée est d’immobiliser, de donner à l’autre le sentiment d’être physiquement, voire mentalement, livré à son maître. L’expression « devenir un objet » prend alors tout son sens. Indispensable d’avoir une confiance totale. Les cordes nécessitent une technique très particulière et du savoir-faire. L’esthétique compte pour beaucoup. Sans corde, on peut pratiquer cette immobilisation avec des chaînes, du scotch, du ruban adhésif, des bracelets, des menottes, un baillon, un harnais de tête, une ceinture de chasteté, c’est open. C’est beaucoup plus simple et rapide que la corde.

[Le + santé] Quel que soit la méthode, on reste à l’écoute Penser à l’équilibre et au « confort » du mec car il va rester un moment dans cet état. Surveiller le serrage pour ne pas restreindre ou bloquer la respiration. Prévoir aussi, à proximité, une paire de ciseaux ou un cutter si on doit libérer le mec en urgence. Quant aux clés de cadenas ou de ceinture de chasteté, on les accroche à un énorme porte-clé de couleur pour pouvoir les retrouver !

 

tn_1304066L’uro

On touche là à des trips d’humiliation. Pisse chargée ou pisse claire, c’est une question de goût et d’odeur. En résumé, plus la pisse reste longtemps dans la vessie, plus elle est chargée en odeur et en goût. Si tu veux une « pisse claire », il faut fabriquer une 2ème pisse. Pour ça, vides ta vessie, une ou deux heures avant de commencer. Ensuite, tu bois autant d’eau que possible. Tu verras, qu’une heure ou deux plus tard, l’envie de pisser revient mais cette fois-ci avec une pisse claire, beaucoup plus facile à prendre sur le corps ou à avaler. Le conseil est valable aussi pour le soumis qui doit se vider pendant le plan. Le timing est important. Tu dois attaquer le plan quasiment en ne pouvant plus de retenir. Tu peux ressentir un blocage qui fait qu’au début, tu es incapable de pisser en dehors des chiottes ou devant quelqu’un. Pour débloquer ça, physiquement et mentalement, tu fais un break de 30 secondes, que tu scénarises comme tu veux, et tu vas aux chiottes pour pisser en position normale. Quand tu sens la pisse arriver, tu bloques et tu reviens pour pisser sur le mec. Recommences si le blocage persiste, quitte à faire plusieurs aller-retours. Tu verras qu’à force, tu n’auras plus besoin de faire ça. Aujourd’hui, je n’ai plus de souci pour pisser quand je veux et où je veux, sans être incontinent :) Un bon conseil, si tu te déplaces chez un mec, assures-toi d’arriver à l’heure ou alors évites ma technique de rechargement de la vessie. Ça ne pardonne pas. Tu te retrouves dans la bagnole avec une furieuse envie de pisser. Une cata sauf si tu as un amateur de pisse sur le siège-passager. C’est le moment de le faire boire !

[Le + santé] L’urine est stérile.

 

tn_1410273

La fessée

A mains nues, avec des gants de cuir, une paddle (photo), un martinet, un fouet, tout l’art est de doser. La fessée (ou spanking) est forcément douloureuse mais c’est aussi le but, surtout avec une paddle, un martinet ou un fouet. La paddle doit être à la fois rigide et souple afin de pouvoir jouer aussi sur sa souplesse pour des mouvements courts. Pour le martinet, méfies-toi des lanières trop longues car elles nécessitent une grande amplitude donc un espace relativement grand pour le mouvement. Les coups doivent être précis. La technique est de tenir le manche du martinet d’une main et les lanières de l’autre, avant de lancer le coup. De toute manière, on y va progressivement et on écoute celui qui encaisse.

[Le + santé] Mal maîtrisé, le martinet, peut très vite atteindre, par erreur, une zone sensible, type couilles ou intérieur des cuisses. Il s’agit d’être précis. Tu peux t’entraîner seul. Il existe plusieurs types de lanières. Celles dont la section est carrée ont tendance à cisailler la peau. Celles plus souples et plates sont plus douces et font moins de marques. On évite de juter sur les parties marquées.

 

tn_1306104Les pinces

On est là aussi dans un plaisir basé sur la douleur. La différence avec la fessée est que la douleur est plus continue. Il existe différents types de pinces à seins. Certaines sont réglables et tu peux donc moduler la force du pincement. Elles doivent être, en tous cas, assez fortes pour ne pas tomber si on joue avec et pas trop fortes pour pouvoir les supporter. L’avantage de ces pinces reliées par 2 est qu on peut aussi les porter sous un Tshirt. Elles permettent aussi l’étirement ou la pose de poids. Elles permettent aussi de relier les tétons de 2 soumis face à face. Les pinces à linge peuvent se poser n’importe où, sur les tétons, la poitrine, les couilles, l’intérieur des bras ou des cuisses, sur les lèvres, les pieds, etc.  Ça peut devenir très esthétiques si on les aligne. On peut les poser symétriquement et dans un rythme régulier. On les enlèvera de la même manière. Si tu optes pour les pinces à linge, essaies de trouver une série harmonisée, en bois ou noires ou blanches. Ça évite de ressembler à un vieux fil à linge avec ses pinces fluo^^.

 

Image1La bougie

Une autre approche de la douleur. Plus spectaculaire. Celui qui encaisse cette cire a souvent un sentiment de dépassement de soi. C’est un trip qui se combine bien avec le bondage. Mec attaché. La cire coule sur lui. Tu as le choix de l’impact. C’est à toi de voir la réaction de celui qui encaisse pour déplacer la bougie au dessus du torse, de la queue, des couilles, du cul, sur la plante des pieds, les bras, les cuisses. Il y a des zones particulièrement sensibles, les couilles, les tétons, l’intérieur des cuisses et des bras. On peut aussi jouer sur le rythme d’écoulement de la cire. Il est important de pouvoir interrompre et reprendre l’écoulement, rapidement, pour soulager la douleur quelques instants avant de reprendre. Ma technique est simple. J’utilise un cendrier en métal. Dans une main la bougie, dans l’autre ce cendrier que je place sous la bougie dès que je veux stopper l’écoulement. La cire tombe alors dans le cendrier. Je retire le cendrier et la cire recommence à tomber sur le corps. Ce va et vient du cendrier est comme un interrupteur ! Les impacts de cire doivent si possible suivre une ligne. La sensation pour le soumis est bien meilleure puisque qu’il peut ainsi tenter de deviner le chemin que va prendre la douleur sur son corps. L’aspect esthétique est important dans ce trip. Perso, j’utilise des bougies artisanales noires ou rouges. La cire est plus homogène. Ça part sans problème sous une douche chaude avec un gant ou une fleur de douche.

[Le+ santé] Je n’ai jamais eu de cas de brûlure. Parfois une très légère rougeur qui part vite. La température de la cire à l’impact varie selon la hauteur à laquelle est tenue la bougie. Plus elle est haute, plus la chute à l’air libre refroidit la cire. Toujours commencer haut, à 70cms, 1 mètre du corps pour limiter la température. On évite le visage et les cheveux. Eviter aussi d’enchaîner ça avec une séance de fessée car le mec risque de morfler. On évite de juter sur les parties sensibilisées.

 

tn_1403294La momification

Beaucoup d’amateurs de bondage kiffent la momif. Le principe est le même. L’idée reste d’immobiliser mais ici d’une manière plus radicale, avec un film plastique. Dans tous les cas, l’immobilisation doit durer, c’est le principe même de la momif. C’est un trip qui nécessite du temps. Comme pour le bondage, il s’agit de donner le sentiment d’être prisonnier. Après tout est possible. Vous pouvez partir de là pour dégager les tétons et placer des pinces. Tu peux aussi dégager la queue pour la masturber jusqu’au bord de la jouissance. Tu peux aussi placer un 2eme soumis sur cette queue dégagée. Tu peux goder, fister, te taire sucer. Sa queue, sa gueule, ses trous sont en totale dispo. Pour les amateurs de plan uro, tu peux aussi percer le cocon pour pisser à l’intérieur, puis le refermer et laisser le mec baigner dans ta pisse pendant un long moment. A toi d’imaginer. Le matos est simple, un à 2 rouleaux de cellophane et un adhésif de fixation qui permet de faire un serrage plus précis à certains niveaux comme les chevilles, les genoux, le torse, les hanches.

[Le + santé] La momification se pratique avec une personne de confiance. Idées claires indispensables aussi bien pour le domi que le soumis. On serre assez pour donner le sentiment physique de l’immobilisation mais on ne serre pas trop pour permettre la respiration. Evidemment on laisse les narines et la bouche à l’air libre. On surveille la respiration en permanence. On demande régulièrement si ça va et surtout on laisse une possibilité au soumis de faire signe s’il a un problème ou qu’il en a simplement marre. Pas de chems. Une paire de ciseaux à portée de main. Des ciseaux, si possible à bouts ronds, pour pouvoir ouvrir le cocon en urgence. De toute manière, tu en auras besoin à la fin pour l’ouvrir.

Le breath control, jeu mortel.

Le contrôle de la respiration, le rebreathing (recyclage du bol d’air expiré), la suffocation, peuvent entraîner des atteintes au système nerveux central, une paralysie faciale ou la paralysie d’un membre, des troubles durables de la vision, un acouphène… 

 

tn_1505203L’esclavage

C’est pour moi la forme ultime de domination. C’est très difficile à exprimer avec des mots. Il n’y a pas de technique à proprement parler. C’est essentiellement un état d’esprit. Le plaisir de l’esclave est dans l’abnégation totale. Son seul centre d’intérêt est de servir et de donner du plaisir, sans notion de temps ou d’espace. Il ne décide de rien. Ça nécessite du coup pour le maître d’avoir un cerveau pour 2 ! L’esclavage est un trip bien à part des autres. Il se combine à tous les autres puisque l’esclave doit se plier à tous les besoins et toutes les pulsions du maître. Il suffit d’ordonner pour qu’il serve un café, porte son cendrier, donne sa gueule, offre son cul, sa poitrine, ses tétons, etc. Tout est permis dans le cadre des limites fixées. L’esclave sert à tout. Il est au service, domestique et sexuel. Sa place est en permanence à coté du maître. Il est capable de répondre immédiatement a toute demande. Il exécute l’ordre tant qu’on ne lui a pas donné l’ordre suivant. C’est là qu’il doit prendre son plaisir. Cette abnégation totale mérite le respect et tout l’attention du maître pour veiller au plaisir de l’esclave.

[Le + santé] Rester toujours dans le jeu. Considérer ce trip de l’esclavage comme un mode de vie est la porte ouverte à toutes les dérives. Il doit y avoir beaucoup de respect dans cette pratique aussi. L’esclavage peut paraître inhumain aux non-initiés. Je me souviens avoir fait une gaypride avec mon esclave à mes côtés. Il était équipé d’un harnais de tête, avec des menottes de cuir et une chaîne. Beaucoup, notamment pas mal des filles, ne comprenaient pas. Est-ce qu’il souffre ? Est-ce qu’il est libre de faire ce qu’il veut ? Il a fallu leur expliquer que c’était un jeu même s’il existait entre nous, un vrai rapport de domination.

 

tn_1306174L’humiliation

C’est open-bar du moment que vous êtes dans les limites fixées par le soumis. Crachats dans la gueule, insultes, décrassages, sniffages, rasage, chasteté, déplacement en rampant. Tout ce qui peut rabaisser. Ton imagination est au pouvoir. Le mental est essentiel. La voix aussi.

[le + santé] Comme pour le reste, ça doit rester un jeu qui, comme toutes les parties, a un début et une fin, sinon c’est insupportable.

 

tn_1305191Le dogtraining

Le top est d’arriver à déconnecter le cerveau du mec, le faire basculer à l’état mental de chien. J’en ai connu qui atteignaient ce stade ultime. Évidemment le plan dog nécessite du temps et de l’espace. Il faut créer les conditions d’une vie domestique avec cet « animal » qui doit se comporter comme tel. Il doit pouvoir évoluer seul, poser sa tête sur les genoux, faire sa vie, pisser, chier, aboyer, dormir et jouer, bref, tu vois un chien ? Eh bien c’est pareil. Ca doit être aussi calin, fougueux et con qu’un chien. J’ai l habitude de leur dire « fais ta vie, bouges, vas ou tu veux ». Tout le taf est de surveiller tout ça d’un œil. Il faut lui ménager des moments de vie, seul, et des moments de jeux. Certains dogs poussent le trip jusqu’à refuser de sucer. D’autres ne se déplacent que sur les genoux. Une gamelle d’eau. De la nourriture humaine ou pour chiens. Mets-toi juste d’accord avec lui. Pour le matos, un collier, une laisse, des jouets. Le rayon « animalerie » fait le bonheur des dogs ! Prévoir, si possible, des genouillères. Tu en trouveras dans les magasins de sport. Il existe aussi dans les magasins spécialisés des mitaines plus ou moins rembourrées, spécialement conçues pour le dogtraining à moins que tu optes pour des gants de boxe noirs. Tu trouveras des cages sur internet.

[Le + santé] Si le dog se gratte, c’est qu’il a des puces^^

 

imagesLe poppers 

Légal ou pas, ça dépend des périodes et des pays. C’est un vasodilatateur qui dilate un peu tout, y compris le cul.

[Le + santé] Je me méfie toujours du poppers et surtout quand il est pris à forte dose. Entre ceux qui deviennent vert, ceux qui deviennent violet, ceux qui débandent et surtout ceux qui  s’évanouissent, c’est pas top. Se méfier particulièrement des masques à gaz qui démultiplient l’effet.

 

Les produits à bannir

Ne croyez pas les mecs qui vous disent qu’ils gèrent. Il ne gèrent rien. Autant ceux qui prennent ces produits que ceux qui vous les font prendre en vous assurant qu’il vous initient. Chaque année, des mecs en meurent. Game over. De toute façon, les mecs qui en prennent ne ressemblent plus à rien au bout de 5 minutes. Et les domis qui vous en proposent, en sont hélas réduits à ça pour pouvoir se taper un mec. 

Le N2O (ou protoxyde d’azote), souvent présenté en vulgaire version cartouches pour siphon alimentaire. Pour vous dire le danger, il est aussi utilisé dans l’univers médical comme gaz anesthésiant ou relaxant. Dans ces cas là, le patient est monitoré, sous assistance respiratoire constante, avec un personnel qualifié (anesthésiste-réanimateur) pour prévenir tout arrêt respiratoire ou/et cardio-respiratoire. La « zone rouge » serait autour de 12 grammes inhalés pour 70 kg chez un sujet en parfaite condition physique. Il arrive que certains mecs, en cours de plan, peuvent enfiler 6, 7, 8, 10 ou même 12 cartouches et cela en l’espace de seulement quelques minutes ! Conséquences: paralysie du diaphragme/pulmonaire, arrêt respiratoire, cessation durable du réflexe pulmonaire et arrêt cardio-respiratoire quasi-garanti !

Le chloraethyl (ou chloraéthylene ou éthyl chloride) est un dérivé chloré. Il génère un froid intense (environ -60°C), et n’est plus utilisé que comme anesthésique de surface (tatouage, piercings, micro-interventions dermatologiques) en raison de sa dangerosité extrême pour la santé. Quand il est inhalé, il peut entraîner une destruction du système hépatique (le foie) et causer des lésions irréversibles au système nerveux central. Il peut aussi déclencher une paralysie faciale, des complications œsophagienne et bronco-pulmonaires, un arrêt cardio-respiratoire et d’une manière systématique : une perte totale du tonus musculaire… (plus de force musculaire, tes jambes ne te portent plus, etc…).

Après, il y a aussi des fous dangereux qui utilisent de l’éther, du trichloréthylène, du formaldéhyde ou d’autres solvants ménagers ou industriels…

 

veriteEn résumé, mes 7 VERITES

 

 

V comme Voix. Essentielle. C’est l’ordre donné par le dominateur. C’est le gémissement exprimé par le soumis. Cet échange dirige tout.

E comme Ecoute. L’Ecoute du plaisir de l’autre. L’Ecoute de ses fantasmes et de ses limites.

R comme Rythme. Ça doit rouler. A aucun moment ça ne doit retomber. Même les temps morts sont pensés. Le rythme, c’est autant valable pour le va et vient du gode ou le poing qui rentre dans un cul que pour les ordres, les coups, les crachats.

I comme Imagination. Putain, inventes ! Combines les trips. Bondage + gode+ uro + humiliation. Dog + fist. Momif + fist + uro. Etc. Utilises les espaces, les postures.

T comme Temps. Le temps déjà pour savoir ce que l’on veut faire ou ne pas faire. Le temps pour élargir un trou, Le temps pour l’immobilisation. Le temps pour installer un réel sentiment de soumission, etc. Le temps pour ne pas faire n’importe quoi.

E comme Esthétique. Parce que ces jeux peuvent revêtir une réelle beauté. Les impacts de cire, les pinces alignées, une belle basket, un cuir qui colle à la peau. C’ est aussi l’attitude, la cambrure, la posture dominante. Le regard sur l’autre. Le regard de l’autre.

S comme Safe, parce que, pour moi, le hard, la domi et le BDSM ne riment pas avec bareback.

 

 

gay hard sex[Le +++ santé]

Les professionnels en parlent le mieux. GAY HARD SAFER SEX est un guide parfait en format [pdf] . Sinon, je vous laisse aussi les liens vers les classiques et efficaces SIDA INFO SERVICE et AIDES.

2007-guide-safer-sex

sida info service     aides

 

a6102a7c5f
/wp-admin/options-general.php?page=emc2-popup-disclaimer/emc2pdc-admin.php
8c311837ce
6877
1
ENTRER
REFUSER
http://google.fr
1

ATTENTION ! SITE POUR ADULTES,
STRICTEMENT RESERVE A UN PUBLIC MAJEUR

Ce site est réservé à un public majeur et averti. Il contient des textes, des liens, des images, des vidéos qui peuvent être choquants pour des personnes mineures.

Si toutefois ce site présente un contenu litigieux, veuillez contacter l’auteur du site.

J’ai lu attentivement les conditions d’accès ci-dessus de ce site ayant un contenu strictement réservé aux adultes et accepte électroniquement mon accord avec ce qui précède en cliquant sur le bouton ENTRER

ENTRER REFUSER