Fucking machine

Je ne sais pas combien de temps il est resté sur cette fucking machine. Lui non plus. Je crois qu’à un moment, il a décroché. Lâché prise. Les pinces. Le va et vient du gode. Ma pisse. Ma bière. A un moment, je lui donne la commande de la machine, pensant qu’il va la ralentir, voire la stopper. Je me trompe. Il continue. Insatiable. Je le vois perché. Je lui dis « Envoies ton jus… ». Mais il en veut encore. Deux heures avant d’arriver chez moi, il m’écrivait « un peu de stress mais je vais tenter l’aventure. Je suis trop motivé pour te voir ». Heureux de lui avoir fait dépasser ses appréhensions…



Click to Watch VideoClick to Watch VideoClick to Watch VideoClick to Watch VideoClick to Watch VideoClick to Watch Video